Le GO #Commedesfilles : premier prix du concours Mon entreprise

août 8, 2016
2FillesProd

L’histoire de COMME DES FILLES PRODUCTIONS, ça a commencé en 2010, sans que je le sache vraiment.

Je revenais d’un voyage d’un an à Londres et j’ai rencontré Maude (qui était au départ de l’aventure #commedesfilles), par hasard dans les rues de Montréal. Je la connaissais très peu à l’époque, mais je l’avais vue quelques fois auparavant. On a toutes les deux fait le baccalauréat en télévision de l’UQÀM, à une cohorte près. Normal donc que nos chemins se soient croisés de temps en temps. Elle m’a alors proposé d’aller prendre un verre pour parler des joies de revenir d’un long séjour à l’étranger.

Un soir de l’été 2010, autour d’une bière, je lui ai donc raconté les hauts et les bas de mon retour à la maison/mon retour à la réalité. Elle me comprenait d’une certaine façon, ayant vécu une expérience similaire en France, pour sa part.

Ça fait que nous avons jasé #commedesfilles. Elle me parlait de ses projets de monteure, je lui disais que je ne savais pas trop ce qu’il allait advenir de moi, que je rêvais encore d’être animatrice et que je cherchais par où commencer.

Puis, les mois ont passé, j’ai eu des contrats en recherche et, comme une roue sans fin, l’un d’eux s’est terminé sans que je sache ce que les prochaines semaines me réservaient professionnellement. C’est là que Maude m’a écrit pour me dire qu’une entreprise pour qui elle faisait du montage cherchait une chargée de projet vidéo.

J’ai obtenu ce poste. Un moment déterminant de ma vie, j’en suis encore convaincue. Ça me sortait du monde de la télé, oui, mais c’était une opportunité pour moi de développer mes aptitudes de productrice et de réalisatrice, deux volets de mon métier qui m’ont toujours intéressée.

C’est à travers ce contrat que j’ai réellement commencé à collaborer avec Maude.

Deux ans plus tard, j’ai mis fin à ce contrat de chargée de projet pour faire de la production vidéo à mon compte et pour animer davantage. J’ai continué à engager Maude comme monteure, et, un jour, nous sommes allées prendre un autre verre. C’est là qu’on s’est dits : pourquoi ne pas fonder une compagnie?

Après ce verre, lui aussi déterminant, les choses ont déboulé. On a commencé à brainstormer sur l’entreprise de nos rêves, sur ce qu’on voulait, sur ce qu’on ne voulait pas, etc. En fait, on était tranquillement en train de s’élaborer un plan.

Un plan qu’on a peaufiné, travaillé et retravaillé, particulièrement lorsqu’on a su que notre dossier avait été sélectionné pour le Concours Mon entreprise de l’ESG UQÀM. Une nouvelle qui nous a forcées à réfléchir sérieusement à notre stratégie d’affaires.

Une stratégie que nous avons présentée avec assurance aux membres du jury, en avril 2015, et qui nous a valu le premier prix du concours.

Pour moi, cette récompense a été comme une bonne tape dans le dos, le GO dont j’avais besoin pour faire passer mon rêve d’entreprise à une autre étape.

La suite n’a pas été sans embûches. Les ajustements à faire sont constants.

On continue donc de faire évoluer l’histoire #commedesfilles, et les tapes dans le dos, on les prend quand elles passent. En avril 2016, on s’est notamment démarquées au Défi Osentreprendre PME MTL Centre-Est, et pour l’avenir, on est confiantes qu’il est bien prometteur.

On ne sait juste pas comment ça va se présent
er exactement. Un peu comme en 2010, quand l’histoire de COMME DES FILLES PRODUCTIONS a commencé, sans qu’on le sache vraiment.

Marie-Pier